Annaba: Les factures salées font rager les abonnés

Annaba: Les factures salées font rager les abonnés

89
SHARE

Les coupures d’eau sont fréquentes et interviennent essentiellement en cette période des grandes chaleurs, avoisinant par moment les 43°.
De nombreux habitants des différents quartiers de la ville de Annaba se sont rapprochés de notre journal pour se plaindre des montants élevés des factures de l’eau, notifiées à leurs destinataires et qui, selon eux, ne correspondent pas à leur consommation réelle en matière d’eau. Du coup, faute d’échos suite aux recours auprès des services compétents, à savoir l’ADE (Algérienne des eaux), des centaines d’abonnés envisagent d’ester l’ADE en justice, estimant selon nos interlocuteurs que les montants des factures sont exorbitants.

Du côté des abonnés du Pont blanc, à titre d’exemple la cité Belaïd Belkacem, il a été facturé rien que pour un seul ménage, un montant de 13 000 DA, puis 11 000 DA. Un autre ménage a été facturé pour 8 000 DA. Pour ne citer que ces cas, il faut dire que cette facturation porte à croire que l’ADE tente de récupérer le manque à gagner, à travers une surfacturation. Cette dernière ressemble à une arnaque calculée. Sinon, comment expliquer que pour des ménages dont la moyenne des montants de la facture varie entre 650 et 1 350 DA, se retrouvent avec des factures plus que salées.

Cette surfacturation est basée sur le forfait, nous explique-t-on. Si tel est le cas, quels sont les critères du forfait, se demande-t-on? Outre cette surfacturation, devenue un phénomène spécifique à l’ADE de Annaba et un vrai casse-tête pour les clients de cette institution, non pas étatique, mais privée de par des agissements douteux. Mieux encore, d’autres désagréments pénalisent les clients de cette institution, dont le retard dans l’alimentation en eau potable. En somme, il faut être veilleur de nuit pour pouvoir s’approvisionner en eau potable, car il faut bien le signaler, dans la majorité des quartiers de la ville de Annaba l’eau ne coule dans les robinets qu’à partir de 23 heures.

Outre cela, s’ajoutent les fréquentes coupures d’eau, essentiellement en cette période des grandes chaleurs, avoisinant par moments les 43 °. Autre situation pénalisante pour les ménages qui, tout en s’acquittant de factures trop salées, sont contraints de recourir à l’achat de citernes d’eau. Phénomène devenu très répandu à la ville de Annaba, où des centaines de camions-citernes sillonnent les quartiers et lotissements, offrant une prestation de service payant qu’est la vente du précieux liquide. Une situation qui renseigne sur la débandade caractérisant Annaba, cette ville qui aspire à un boom touristique…

Tous ces désagréments et bien d’autres sont le lot des souffrances infligées par «cette» Algérienne des eaux à ses abonnés. Aujourd’hui, face à cette situation insoutenable, les clients de l’ADE ne savent plus où donner de la tête; les abonnés de la ville, outre les coupures fréquentes d’eau et les horaires tardifs d’alimentation en ce précieux liquide, nos interlocuteurs appellent les services de cette société à réviser ces factures avant de les inviter à les régler. Certains d’entre eux s’interrogent sur les critères ayant été adoptés pour évaluer la consommation de l’eau dans ces quartiers. «Nous nous demandons sur quelle base ils ont arrêté ces montants», se demandent-ils. Les plaignants affirment également que certains ménages qui ne résident pas de manière permanente, n’ont pas été exonérés de ces factures salées.

«J’ai été surpris de recevoir une facture d’eau au montant faramineux», a déclaré notre interlocuteur en ajoutant: «Je n’ai pas d’enfants, mieux encore, ma femme et moi travaillons à Constantine, nous ne rentrons que tous les cinq à six mois, pourtant j’ai reçu une facture de 13 000 dinars». Sur le même ton, de son côté, un habitant de la plaine Ouest conteste le montant de la facture d’eau qui a atteint les 12 000 DA, il dira, ahuri: «Depuis plus de 20 ans,jamais ma facture d’eau n’a dépassé les 750 DA. Je n’ai pas compris pourquoi, subitement, la facture a quadruplé», a rétorqué l’homme.

«J’ai demandé aux employés de l’agence commerciale et ils m’ont répondu que c’est juste, vous avez trop consommé d’eau», lui répond-on à l’agence commerciale. «Payez d’abord, puis écrivez à la direction et vous attendez la réponse», lui exige-t-on, faute de quoi, il sera procédé à la coupure de l’alimentation en eau, devait nous préciser le client.
Plusieurs autres abonnés ont été également surpris par la hausse vertigineuse de la facture de consommation en eau. Pour certains, elle a doublé, pour d’autres, elle a même triplé, sans aucune justification.

Source de l'article : cliquez-ici