Les réserves de change de l’Algérie estimées à 108 milliards de dollars

Les réserves de change de l’Algérie estimées à 108 milliards de dollars

1040
SHARE

Les réserves de change de l`Algérie sont estimées à  108 milliards de dollars actuellement, a indiqué jeudi à l’APS le gouverneur de la Banque d`Algérie, Mohamed Loua, en marge du Meeting africain sur l’économétrie qui se tient du 29 juin au 1er juillet à Alger.

Lors de son passage devant les députés, dans le cadre de la présentation de son programme mercredi dernier, Abdelmadjid Tebboune avait indiqué que le niveau des réserves de changes était de 114 milliards de dollars.

Le chiffre du premier ministre semblke  un peu en décalage par rapport à la réalité, en cela qu’il renvoie un  niveau des réserves  correspondant à fin décembre 2016, soit  114,1 milliards de dollars (mds usd) contre 121,9 mds usd à fin septembre 2016.

Après de successives et considérables hausses, les réserves de change de l`Algérie ont commencé à connaître un fléchissement depuis 2014 sous l`effet combiné de la baisse des cours pétroliers et d’une hausse des importations.

L`élan que prenait le niveau du matelas de devises fut freiné dès le début 2014 lorsque le niveau des réserves s`approchait de 195 milliards usd à fin mars 2014 mais amorça, par la suite, une tendance baissière en s`établissant à 193,27 mds usd à fin juin 2014, avant de descendre encore à 185,27 mds usd à fin septembre de la même année.

Auparavant, et particulièrement depuis 2006, les réserves de change montaient à hauteur, parfois, de 20 milliards usds annuellement en s`établissant à 77,8 mds usd en décembre 2006, à 110,2 mds usd à fin 2007, à 143,1 mds usd à fin 2008, à 147,2 mds usd à fin 2009, à 162,2 mds usd à fin 2010, à 182,2 mds usd à fin 2011, à 190,6 mds usd à fin 2012 et à 194 mds usd à fin 2013.

Mais l`envolée des importations et la forte chute des cours pétroliers avaient fortement contribué dans l`amenuisement des flux alimentant les réserves de change du pays.

Cependant, M. Loukal avait indiqué, en avril dernier, devant le Conseil de la nation lors de la présentation de son rapport sur la situation économique et financière du pays, que la gestion des réserves de change du pays était « sécurisée ». (Avec agence)

Source de l'article : cliquez-ici