Ghannouchi: « Je me rends prochainement en Algérie »

Ghannouchi: « Je me rends prochainement en Algérie »

438
SHARE

Cheikh Rached Ghannouchi et chef du Mouvement Ennahda, Rached Ghannouchi a révélé qu’il se rendait prochainement en Algérie, démentant ainsi les rumeurs indiquant que le président Bouteflika aurait refusé de lui accorder une audience.

Les mêmes sources auraient attribué la décision des autorités officielles du pays au sentiment d’embarras du président tunisien, Béji Caïd Essebsi quant aux fréquentes rencontres entre les deux amis (Bouteflika-Ghannouchi).

Contacté lundi par Echorouk, Rached Ghannouchi a dit que la propagande pour la rupture de ses rencontres avec le président Abdelaziz Bouteflika était « une pure fabrication », ajoutant que toute « personne -qui connaît la nature de la profonde relation qui me lie au président et frère Bouteflika et l’ensemble des responsables algériens- ne croit guère à ces mensonges ».

Et Ghannouchi d’enchaîner: « Ce que je sais pertinemment c’est que la relation entre le président Béji et le président Bouteflika est forte et historique et au-dessus de ces futilités ».

Interrogé sur le but derrière ces allégations, Cheikh Ghannouchi dira: « ils veulent nous monter l’un contre l’autre et saborder les excellentes relations qu’entretiennent les deux pays ».

Par ailleurs, il a affirmé qu’il maintenait ses relations avec l’Algérie de sorte à servir les intérêts communs, annonçant par la-même une prochaine visite à la « Grande voisine » quand les circonstances le permettent et une fois que les congés des responsables algériens soient terminés.

A la question de savoir s’il aura droit à une entrevue avec le président Bouteflika, il dira sans ambages: « Ce sera comme les visites précédentes au cours desquelles j’ai rencontré le Président et frère Bouteflika et les officiels algériens et rien ne changera ».

Cela intervient en réaction à une information relayée par le site d’information tunisien « Anbaa Tounes » et attribuée à une importante source diplomatique algérienne selon laquelle les autorités algériennes se seraient excusées auprès du chef du Mouvement Ennahda au fait que le président Bouteflika ne pourrait pas lui accorder une audience comme il a l’habitude de faire lors de ces précédents déplacements en Algérie.

Selon le site tunisien, la décision serait motivée par le mécontentement du président Béji du fait que Ghannouchi soit chargé par les officiels algériens de jouer un rôle de médiateur dans le dossier libyen et qu’il estime que l’Algérie considère Ghannouchi comme étant le président de la Tunisie.

icon-tags

Source de l'article : cliquez-ici