La xylella Fastidiosa inquiète les agriculteurs Alerte à la bactérie tueuse d’arbres...

La xylella Fastidiosa inquiète les agriculteurs Alerte à la bactérie tueuse d’arbres à Aïn Defla

34
SHARE

Comme si la canicule et les incendies qui ont déjà ravagé des milliers d’hectares de forêts et de tissu végétal ne suffisaient pas, voilà qu’un autre danger non moins grave vient frapper à nos portes et menace d’emporter de nombreuses espèces végétales telles que les agrumes, l’olivier, la vigne, l’amandier et autres arbres et arbustes, même les plantes d’agrément ou ornementales.

Il s’agit de la Xylella Fastidiosa, qui a fait des ravages déjà en Europe, en Amérique du nord et du Sud. Selon les informations que nous avons pu récolter, la bactérie est apparue en 2013 au sud-est de l’Italie y détruisant les oliveraies. A ce jour, dans la région des Pouilles, la superficie de la zone contaminée représente 200 000 ha, avec d’importantes conséquences économiques pour le deuxième producteur d’huile d’olive après l’Espagne. Selon les spécialistes la propagation de la Xylella fastidiosa dépend de plusieurs facteurs : la présence de végétaux hôtes, de certains insectes piqueurs et suceurs de sève brute qui circule dans le système capillaire, le xylème, des végétaux et du climat….

La bactérie se transmet par des insectes piqueurs-suceurs de sève brute présente dans le système capillaire des arbres. Une fois que la plante hôte réceptive a été colonisée, les bactéries adhérentes entre elles, à la surface des vaisseaux du xylème (constituant des tissus végétaux), forment une communauté multicellulaire qui sécrète une matrice adhésive et protectrice, un biofilm, visible macroscopiquement sous la forme d’un gel. Ce biofilm gel arrive à obstruer la circulation de l’eau à travers les vaisseaux et bloque alors la nutrition de la plante et ainsi, les feuilles des oliviers puis leurs rameaux se dessèchent et l’arbre meurt.

Cette bactérie a touché déjà plusieurs pays du sud de l’Europe dont la Suisse, l’Italie et la France dans les départements de la Corse, du Var et des Alpes Maritimes, comme elle a infecté et détruit plus d’une espèce végétale dont le caféier en Amérique du Sud.
Face aux dangers patents qui menacent l’arboriculture algérienne et notamment celle de la wilaya de Aïn-Defla, le service chargé de la protection végétale de la DSA de Aïn-Defla tire la sonnette d’alarme et recommande aux arboriculteurs d’observer la plus grande vigilance, comme elle recommande des mesures de contrôle draconniennes des plants qu’on importe des pays du sud de l’Europe et de la Chine, tels que les arbustes de plantes ornementales, des gaffons et autres arbustes.

Selon le responsable du service concerné, à l’heure actuelle on n’a signalé aucune contamination de nos espèces arboricoles, mais la vigilance est de mise plus que jamais. Comme mesures préventives, des équipes ont été constituées pour mener des contrôles dans les vergers et les oliveraies de la Wilaya surtout là où il s’agit de jeunes plantations datant de 3 ou 4 ans, issues de souches d’espèces importées des pays déjà touchés par ce fléau. «Surtout que même dans ces pays, les traitements pour éradiquer cette bactérie ne se sont pas révélés efficaces», nous a confié ce responsable

Source de l'article : cliquez-ici