Musique Sortie de Hawla, le nouvel album de Allaoua

Musique Sortie de Hawla, le nouvel album de Allaoua

80
SHARE

Lkhaluta (la pagaille) commence par une dédicace à Slimane Azem : «Fi khatrek ya dda Slimane, la légende de l’exil» ! ici Allaoua chante en arabe. Lkhaluta est une chanson contestataire adressée à ceux qui ont géré le pays depuis 1962.

Plusieurs chansons de Hawla, le nouvel album de Mohamed Allaoua, peuvent devenir des tubes de l’été. C’est le cas de la très rythmée chanson qui a donné son titre à cet album dont la sortie officielle a eu lieu le 5 août dernier. Le nouveau produit du chanteur kabyle est considéré comme du «spécial fête». Pratiquement toutes les chansons entrent dans cette catégorie, y compris celle intitulée «Hawla» et qui veut dire «beaucoup» dans le parler de la région de Béjaïa.

Lkhaluta (la pagaille) commence par une dédicace à Slimane Azem : «Fi khatrek ya dda Slimane, la légende de l’exil» ! ici Allaoua chante en arabe. Lkhaluta est une chanson contestataire adressée à ceux qui ont géré le pays depuis 1962.
Le nouvel album est déjà disponible sur les sites musicaux d’internet.
Mohamed Allaoua est né le 25 août 1980 à Alger. Durant son enfance, il suit des cours de musique andalouse et de musique universelle à l’école El-Maoussilia d’Alger.
Mais c’est à travers des chansons kabyles modernes qu’il s’est fait connaître du grand public berbérophone et aussi arabophone, envoûté autant par les rythmes et les mélodies que par les textes.

Les succès succèdent aux succès, notamment A Baba Echikh, dédié à la Jeunesse sportive de Kabylie (JSK), Fell’am, Ass’ed, Wali Lihala’w, El Houb Iw, ou Alllo Tricité, une reprise d’une chanson du regretté chanteur et comédien Cheikh Noureddine.
Mohamed Allaoua est aujourd’hui l’un des chanteurs algériens les plus adulés par la nouvelle génération. Il jouit également d’une grande estime auprès d’autres tranches d’âge et des femmes en raison de sa musique, sorte de folk revival très dynamique, ses textes percutants et aussi par ses qualités humaines.

Source de l'article : cliquez-ici