Quatrains de Djallal Eddine El Rumi, poète de l’amour universel de Sari-Ali...

Quatrains de Djallal Eddine El Rumi, poète de l’amour universel de Sari-Ali Hikmet: Des odes d’une grande beauté et altérité

96
SHARE

L’ouvrage Quatrains de Djallal Eddine El Rumi, poète de l’amour universel , de Sari-Ali Hikmet nous mène dans un voyage dans le monde du soufisme, à travers l’une des plus belles œuvres poétiques de l’histoire.

 

Konya, derviches tourneurs, ascétisme : des mots forts en consonance nous introduisent d’emblée dans le monde du soufisme avec l’auteur Sari-Ali Hikmet, qui s’y intéresse avec exaltation sous l’angle spirituel et poétique.
«Ce livre est né d’un voyage à Konya, en Turquie, où Rumi a enseigné, et où se trouve son mausolée. Pendant la visite de la zaouïa de Rumi , mon regard s’est arrêté sur les poèmes calligraphiques qui ornaient sa retraite. Ils chantaient l’amour universel et leur sens m’a saisi. J’ai ressenti en mon être l’extase des derviches tourneurs. J’ai voulu partager avec vous, chers lecteurs, cette émotion à travers une anthologie de 129 quatrains de Rumi. Ouvrez votre cœur et laissez cette lumière vous envahir, et que l’ivresse de l’amour universel vous emporte dans le tourbillon de la danse cosmique». Cette assertion relative à l’ouvrage Quatrains de Djallal Eddine El Rumi poète de l’amour universel répond à un vif intérêt et à une préoccupation de l’auteur à faire connaître ces belles odes de l’amour universel.

L’amour du prochain

La préface de Mg Henri Tessier revient sur cet intérêt : «Ce travail de recherche est celui de l’expérience faite par le pèlerin qu’il était sur le terrain même où Rumi a vécu son cheminement spirituel à Konya, ville où repose la dépouille terrestre du poète mystique». «Il a proposé comme entrée en matière quelques textes majeurs de cette immense recherche et séculaire de Dieu, recherche de Dieu dont l’œuvre de Rumi nous livre un des sommets. Je le ferai dans la tradition soufie de l’Islam, mais ensuite à travers le témoignage d’un mystique chrétien Saint-Jean de la Croix. La recherche de Dieu où la communion à Dieu n’est-elle pas au-dessus des barrières que l’Histoire a pu mettre entre les croyants ?». Ce texte rappelle que toutes les religions mènent à Dieu et prônent l’amour du prochain, le bien et l’altruisme. «Dans ces recherches, le vocabulaire de la foi est souvent propre à chaque tradition religieuse et met ainsi en évidence la diversité des patrimoines religieux. Mais s’il y a un domaine où ces traditions religieuses se rapprochent, c’est bien celui de l’expérience de l’union de Dieu ou pour certains de la communion de l’Absolu. C’est ce que l’on nomme la tradition mystique de chacune des traditions religieuses. Ce lieu spirituel est illustré en ses sommets, par exemple, par la Baghavajita pour l’indouisme, par le soufisme pour la tradition musulmane ou par les grands mystiques du christianisme», explique Mg Henri Teissier. Et d’ajouter : «L’œuvre de Rumi nous donne ainsi dans le même passage message poétique, le signe d’un amour passionné du Dieu qui habite le poète. Le message nourrit, ensuite, dans la Sama, la danse mystique de tous ceux qui l’accueillent en lisant Rumi comme le disaient les 138 ulémas : ‘’Venons-en ensemble à une parole commune : l’amour de Dieu et du prochain’‘», précise ce religieux.

Des poèmes d’une grande beauté

A travers d’innombrables odes, l’auteur Sari -Ali Hikmet nous montre que l’amour, chez Rumi, devient de l’énergie créatrice, l’essence même de la vie et de la mort. Les superbes quatrains de Djallal Eddine El Rumi incitent à une vision de l’amour universel. Pour illustrer cet amour : «Sur un esquif, et dans les ténèbres orageuses, Nous traversons les eaux, De l’océan infini de la vérité, Poussés par la grâce de Dieu et Sa bienveillance. Comment serait-il licite, dans la religion de l’Amour, de voir le monde par toi, et de ne pas te voir ?» Ce livre permet de mieux comprendre ce mystique et érudit soufi qui a laissé des poèmes d’une grande beauté et altérité.

Kheira Attouche

 

Source de l'article : cliquez-ici