Energie: Le français Total acquiert le danois Maersk Oil pour 7,45 milliards...

Energie: Le français Total acquiert le danois Maersk Oil pour 7,45 milliards de dollars

71
SHARE

Total a annoncé lundi le rachat du danois Maersk Oil pour 7,45 milliards de dollars (6,3 milliards d’euros), lui permettant de renforcer nettement ses réserves et d’accroître sa production pour atteindre trois millions de barils équivalent pétrole par jour en 2019.

 A.P. Møller–Maersk, qui détient 100% de Maersk Oil, recevra l’équivalent de 4,95 milliards de dollars en actions Total, lequel reprendra à son compte 2,5 milliards de dollars de dette de Maersk Oil, précise le groupe français dans un communiqué.

Total émettra 97,5 millions d’actions destinées à A.P. Moller-Maersk sur la base d’un prix égal à la moyenne des cours des 20 dernières séances, ce qui représentera 3,075% du capital social élargi de Total.L’action Total baisse légèrement en début de séance à Paris, en recul de 0,7% à 42,34 euros, tandis que l’indice CAC 40 cède 0,5%.

Le titre Maersk prend 3% à Copenhague.

L’intégration des activités de Maersk Oil fera de Total le deuxième opérateur en mer du Nord, bénéficiant de positions majeures au Royaume-Uni, en Norvège et au Danemark, fait valoir son PDG Patrick Pouyanné, cité dans le communiqué.

Le rapprochement permettra à Total d’ajouter à ses réserves environ un milliard de barils équivalent pétrole, dont 85% dans des pays OCDE, contribuant à sa stratégie visant à équilibrer les risques pays de son portefeuille.

L’opération devrait produire des synergies supérieures à 400 millions de dollars par an et un effet positif immédiat sur le résultat net par action (BNPA) et le cash-flow par action, précise Total.

Le groupe espère finaliser la transaction au premier trimestre 2018 et le conseil d’administration de Total considérera que le dividende en action soit dorénavant proposé sans décote afin que les actionnaires de Total bénéficient de l’impact positif de l’acquisition de Maersk Oil sur les résultats et cash-flow du groupe.

 Reuters

Source de l'article : cliquez-ici