Iferhounène: Le tourisme solidaire comme source de développement

Iferhounène: Le tourisme solidaire comme source de développement

54
SHARE

Le tourisme solidaire commence à avoir un écho favorable au sein du mouvement associatif dans plusieurs villages de la wilaya de Tizi-Ouzou, notamment ceux perchés au pied du Djurdjura.

 

C’est le cas du village Aït Hamou dans la commune d’Iferhounene, située à 70 km au sud-est de la wilaya de Tizi-Ouzou, qui s’apprête à lancer, ce samedi, le montage d’un projet pilote de tourisme solidaire qui s’étalera jusqu’au 24 du mois en cours. Organisé par l’association culturelle Amnir, en collaboration avec le comité de village d’Aït Hamou, ce projet du tourisme solidaire a pour objectif de valoriser le patrimoine matériel et immatériel de ce village. «C’est un projet qui a pour objectif non seulement la sauvegarde du patrimoine de notre village, mais aussi permettre la création de richesses et d’emploi pour la population de notre village», a précisé Saghoun Boukhalfa, le président du comité de village organisateur. Ce dernier a affirmé que l’aboutissement de ce projet leur permettra d’orienter les touristes d’être responsables de leurs actes et de respecter les traditions et coutumes de la région. «Nous avons établi une charte pour l’organisation de ce projet du tourisme solidaire. Pour cela, nous avons mobilisé la population dont la majorité est jeunes, pour la réussite de ce projet. Pour cela, une quarantaine de jeunes seront formés sur les méthodes de montage d’un projet du tourisme solidaire. A ce jour, nous avons sept familles qui nous ont attribué leurs maisons traditionnelles pour accueillir les touristes, des guides touristiques chargés de l’accompagnement de ces touristes pour leur faire découvrir notre village», a-t-il dit. De son côté, Boulenouar Mohamed Salah, président de l’association Amnir, a affirmé que ce projet est nécessaire pour sortir le village d’Aït Hamou de son isolement et de son hibernation. «Aujourd’hui, notre village est dans une situation de dégradation très avancée. Alors, il faut valoriser son image en invitant les touristes de le découvrir». Boulenouar a plaidé pour le développement de différentes sortes de tourisme qui pourront contribuer à la valorisation du patrimoine kabyle. Il s’agit du tourisme balnéaire, celui de montagne, culturel et le tourisme solidaire. «Nous n’avons pas besoin d’un tourisme de masse parce que nous avons une nature et un patrimoine fragiles. Alors, il est temps de développer ces formes de tourisme cités pour créer une certaine dynamique au niveau de nos villages montagneux et attirer la population pour s’installer dans ces villages et stopper l’exode rural». Boulenouar a lancé son appel aux autorités locales à leur tête le wali et le P/APW , pour contribuer favorablement pour la réussite du montage de ce projet qui déclenchera, d’après lui, la dynamique du développement dans la wilaya de Tizi-Ouzou. «Nous avons sollicité les directions du tourisme, de la culture, de la jeunesse et des sports pour être partie prenante dans ce projet pour rendre un hommage aux ancêtres qui ont veillé sur le sauvegarde des coutumes et l’organisation sociale dans ce petit hameau», affirme-t-il. En plus de la formation des jeunes dans le tourisme solidaire, des visites guidées ont été programmées qui permettront de sillonner l’ensemble des quartiers du village, les fontaines, les ruelles… Ainsi, des conférences-débats ont été prévues à partir de 20 heures pour sensibiliser la population locale sur l’intérêt du développement du tourisme solidaire en Kabylie, en général, et dans le village d’Aït Hamou, en particulier.

Z. C. Hamri

Source de l'article : cliquez-ici