Lorsque le chef d’Al-Qaïda au Maghreb reconnait que sa mission est presque...

Lorsque le chef d’Al-Qaïda au Maghreb reconnait que sa mission est presque impossible en Algérie

4712
SHARE

Lors d’une de ses rares sorties médiatiques, le chef terroriste, Abdelmalek Droudkel, alias Abou Moussab Abdelouadoud, a reconnu, dans une interview fleuve accordée au site djihadiste Inspire, un magazine de propagande écrit en anglais et utilisé par le groupe terroriste AQMI, que la situation de son groupe est difficile en Algérie.

A une question sur la situation du « djihad » en Afrique du Nord et au Sahel, le terroriste, recherché par les services de sécurités, indique que le nombre de combattants dans la région (Tunisie, Libye, Sahara-Sahel) est en augmentation sauf « sur le front algérien qui s’est enlisé dans un long conflit » et qui selon lui, souffre « d’un manque de soutiens à l’intérieur et à l’extérieur ».

Plus que cela, le chef de l’AQMI, intronisé par ses pairs en 2007 suite à la mort de son ancien chef Brahim Sahraoui, a reconnu qu’il rencontre des difficultés face aux armées de la région, mieux équipées et bien entraînées. Mais, selon lui, « la force matérielle » n’est pas « le seul facteur déterminant » dans une guerre. « L’histoire de la révolution algérienne en témoigne », explique-t-il en rappelant qu’au moment de la guerre d’indépendance, la France était militairement « au sommet de sa force ».

Par contre, le chef terroriste, aujourd’hui âgé de 47 ans, continue de menacer la France, l’Espagne et les Etats-Unis. Les menaces concernent notamment la présence des armées de ces pays dans le Sahel.

L’article Lorsque le chef d’Al-Qaïda au Maghreb reconnait que sa mission est presque impossible en Algérie est apparu en premier sur Algérie Part.

Source de l'article : cliquez-ici