Pour dénoncer les pénuries d’eau: Les citoyens de Bouzeguène marcheront à Tizi...

Pour dénoncer les pénuries d’eau: Les citoyens de Bouzeguène marcheront à Tizi Ouzou

53
SHARE

Les citoyens de la coordination des villages de la commune de Bouzeguène, à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, observeront aujourd’hui une grève d’une demi-journée suivie d’une marche populaire vers le siège de la wilaya, pour dénoncer le problème récurrent du manque d’eau.

 

Cette action a été décidée suite à une réunion qui a regroupé la semaine passée au centre culturel de la ville, les représentants de la coordination d’une vingtaine de comités de villages de la commune de Bouzeguène, dans le but de porter leurs revendications auprès des pouvoirs publics, à leur tête le wali de Tizi Ouzou. «Nous avons trop souffert de ce problème du manque d’eau qui dure depuis plusieurs années. Nous avons observé plusieurs actions de rue au niveau local en procédant, notamment, à des sit-in devant les sièges de la mairie, de la daïra et de l’ADE mais à chaque fois, nos revendications qui sont pourtant légitimes sont restées lettre morte. C’est dans le but de faire entendre nos voix auprès des autorités de la wilaya que nous avons opté pour cette marche populaire jusqu’au siège de la wilaya», nous confie un représentant de la coordination des comités de villages de Bouzeguène. Dans une déclaration placardée un peu partout à travers le territoire de la commune de Bouzeguène, la coordination des comités de villages de cette localité informe, en effet, la population qu’une marche populaire et pacifique sera organisée le 21 août vers le siège de la wilaya. «Le jour même, le chef-lieu communal sera paralysé avec la fermeture des commerces et des institutions jusqu’à midi», ajoute ladite déclaration. Les représentants de pas moins de vingt-quatre villages de cette commune montagneuse ont décidé cette fois-ci de durcir leur mouvement, car ils estiment que la solution ne peut venir qu’à travers une décision des plus hautes autorités de la wilaya. «Notre calvaire ne date pas d’aujourd’hui. Le problème du manque d’eau remonte au début des années 1990 et il ne cesse de s’exacerber d’année en année. Les robinets ne sont d’aucune utilité à Bouzeguène parce que l’eau ne coule pas. Figurez-vous que nous sommes soumis à un système de rationnement qui n’est appliqué nulle part ailleurs. Nous recevons de l’eau une fois par mois alors que tout le monde est au courant que le problème n’a jamais été celui du manque d’eau mais plutôt une question de gestion de cette ressource», explique notre interlocuteur, qui est revenu sur les nombreuses actions entreprises par les habitants des différents villages de Bouzeguène, ces derniers mois, pour la prise en charge par les autorités de cet épineux problème.

«L’eau n’arrive qu’une fois par mois !»

La dernière action en date remonte à la semaine passée lorsque les représentants de 24 villages ont décidé de fermer le siège de la daïra de Bouzeguène, suivie de la remise d’une plate-forme de revendication au chef de daïra ou figurent deux points essentiels, à savoir le raccordement des foyers de la commune au barrage de Taksebt, qui est, pour les villageois, l’unique solution pour résoudre le problème des pénuries d’eau, ainsi que l’amélioration du réseau existant de la chaîne provenant de la source de montagne Aderdar. N’ayant pas obtenu de réponse immédiate à leurs revendications, les citoyens des villages en question ont décidé alors d’opter pour une marche populaire ce lundi 21 août vers le siège de la wilaya, dans l’espoir, ajoutent-ils, de voir enfin leurs revendications prises en charge par les autorités de la wilaya. Il faut dire que le problème du manque d’eau potable est devenu, ces dernières années, un vrai-casse tête pour les autorités locales à travers plusieurs régions de la wilaya de Tizi Ouzou, où il ne passe pratiquement pas un jour sans assister à des actions de rue et des fermetures des sièges d’APC et de daïra à travers plusieurs localités. Que ce soit à Bouzeguène, Mekla, Fréha, Draâ El Mizan, Maâtkas ou Beni Douala, les citoyens de ces localités ne cessent de monter au créneau pour réclamer de l’eau potable, notamment en cette période des grandes chaleurs où le liquide précieux a quasiment disparu de leurs robinets. Face à cette situation qui touche également une bonne partie des localités du pays, le ministère des Ressources en eau annonce avoir mobilisé un montant de 6 milliards de dinars pour le financement des opérations de rénovation d’installations de forage, de stockage et de distribution de la ressource hydrique. Pour la wilaya de Tizi Ouzou, six opérations pour un montant global de 400 millions DA sont en voie de lancement. Il s’agit de la réhabilitation des conduites de la chaîne de refoulement de Tassadourth, la réhabilitation des conduites d’adduction et des équipements à travers les chaînes d’AEP de Sidi Naâmane, la réhabilitation de la conduite de refoulement vers Ouadhias village à partir de Takhoukht, l’extension des réseaux d’AEP des villages Aït El Kaïd, Aït Slimane et Lazounène, l’extension des réseaux d’AEP de la zone de Oued Falli de la commune de Tizi Ouzou et la réhabilitation des réseaux d’AEP de la Ville des genêts.

Ali Chebli

Source de l'article : cliquez-ici