Un hommage lui a été rendu à Bouira: La famille Zaâmoum, un...

Un hommage lui a été rendu à Bouira: La famille Zaâmoum, un modèle de patriotisme

69
SHARE

Sur initiative de la directrice de la maison de la culture Ali-Zaâmoum de Bouira, en collaboration avec l’association Taghmats d’Ighil Imoula, une journée d’étude sur la famille Zaâmoum, a été organisée, hier, à Bouira. Pour le président de cette association, Mohand Akli, l’objectif de cette rencontre est de faire connaître nos héros — qui ont marqué l’histoire — mais qui restent méconnus par la nouvelle génération.

Ces personnages historiques qui ont combattu pour la libération du pays, ont continué à servir leur peuple et être à ses côtés dans sa souffrance. “La famille Zaâmoum est un modèle de patriotisme”, dit-il. Rabah Zaâmoum, fils du colonel Salah Zaâmoum, auteur du livre Ali Zaâmoum le juste, a évoqué, lors de son intervention, les activités de la famille Zaâmoum d’Ighil Imoula qui a activé dans les différentes organisations de l’Étoile nord-africaine au FLN. Venant d’une famille d’intellectuels, cela a permis à Ali de participer à la rédaction de la proclamation du 1er Novembre et à son tirage à la ronéo.

Après l’indépendance, il a occupé plusieurs postes, dont celui de wali de Tizi Ouzou avant de renoncer à toutes responsabilités. Ali Moh, l’un des fondateurs de l’association, rend un vibrant hommage au défunt Ali Zaâmoum qu’il a qualifié “d’Algérien complet. Il était le vrai Kabyle fier de ses origines algéroises, targuies… Il se mettait dans la peau de tout Algérien. Il était attaché à la justice sociale et rejetait toutes tentatives de corruption. Un militant sans parti. Il est sur le terrain au quotidien sans calcul politicien.

Plusieurs partis ont tenté sa récupération, mais pour lui sa politique c’est de servir le peuple. Il est rigoureux dans son travail. C’est une école de la vie. Il a joué un rôle dans l’apaisement des événements de 1980”. Son épouse a apporté un témoignage émouvant.  “Une fois il m’a chargée de faire le guet, sous la pluie, parce qu’il était avec des moudjahidine.

Concentré sur son travail, il m’a complètement oubliée. J’ai passé toute la nuit dehors.” Un autre moudjahid a révélé que les préparatifs pour le déclenchement de la Révolution avaient débuté en 1953. “Ali Zaâmoum était un visionnaire et un stratège, car en 1953, il a commencé à préparer la jeunesse d’Ighil Imoula au déclenchement de la Révolution.” Le commandant Lakhdar Bouregaâ, compagnon du colonel Si Salah (Zaâmoum Mohamed), est revenu sur l’affaire dite Si Salah, où il y a eu une rencontre en 1960 entre le colonel Si Salah et le général De Gaulle.

Une rencontre après l’annonce du président français de sa disponibilité à rencontrer des maquisards. À l’Élysée, Si Salah avait dit à De Gaulle que les cinq membres de la direction du FLN sont emprisonnés en France, vous pouvez donc négocier en toute quiétude avec eux.
Quant à sa participation à cette rencontre, elle avait été préparée à son insu par Bouchemaâ Lakhdar et Mohamed Bounaâma.

Source de l'article : cliquez-ici