Algérie-Maroc : comment la fermeture de la frontière terrestre est contournée

Algérie-Maroc : comment la fermeture de la frontière terrestre est contournée

56
SHARE

TSA
Algérie-Maroc : comment la fermeture de la frontière terrestre est contournée

Depuis la fermeture, en août 1994, de la longue frontière terrestre qui sépare le Maroc de l’Algérie, les échanges commerciaux entre les deux pays transitent par d’autres moyens, notamment via les ports de Barcelone en Espagne et de Marseille en France.

Par conséquent, et comme le note un article du site français Geopolis en date du mardi 22 août, alors même que « 60 km séparent la ville marocaine d’Oujda à la ville algérienne de Tlemcen, les tomates ou les poivrons feront, eux, 2000 km pour aller d’une ville à l’autre ».

Ce détour par des ports européens, en plus d’être absurde, a des conséquences sur les prix des marchandises vendus ensuite aux consommateurs, rappelle le site d’information.

Pas de frontière pour le trafic de drogue

Bien que la frontière terrestre de 1600 km soit officiellement fermée depuis 23 ans, elle est pourtant le lieu de multiples trafics, dont celui de drogue qui prospère entre les deux pays. Ce qui conduit à remettre en cause la pertinence de sa fermeture et de sa surveillance.

Il s’agit de toute évidence d’un secret de Polichinelle : la drogue convoyée souvent à dos d’âne passe ainsi la frontière, la nuit la plupart du temps.

Dans son rapport annuel sur le trafic de drogue et les crimes financiers dans le monde publié en mars, le département d’État américain indiquait que l’Algérie demeurait une plaque tournante du trafic de drogue en provenance du Maroc et à destination de l’Europe et du Moyen-Orient.  Le rapport 2017 faisait également état d’une consommation de drogue en hausse ces dernières années, en particulier celle de cannabis, chez les jeunes. Le volume annuel de cannabis saisi en Algérie est ainsi passé d’environ 8 tonnes en 2003 (soit 8000 kg) à plus de 211 tonnes (211.000 kg) en 2013, précisait le document, se référant à des chiffres donnés par les médias algériens.

| LIRE AUSSI : VIDÉO. Frontière algéro-marocaine : l’Algérie poursuit la construction du mur

Blocage économique

En outre, cette situation de blocage diplomatique a un lourd impact sur l’économie régionale. Une note publiée fin juin sur le site du Forum économique mondial rappelle que le Maghreb est l’un des blocs commerciaux les moins performants au monde. « Le commerce entre les pays du Maghreb représente seulement 4,8% de leur volume commercial, selon la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique – et représente moins de 2% du produit intérieur brut (PIB) de la sous-région ».

« Si les cinq pays du Maghreb (Algérie, Libye, Mauritanie, Maroc et Tunisie, NDLR) étaient intégrés, chacun gagnerait une augmentation minimale de 5% du PIB », précise cette note.

Algérie-Maroc : comment la fermeture de la frontière terrestre est contournée

Source de l'article : cliquez-ici