Le ministère de la Communication saisi de l’affaire: Une journaliste sanctionnée à...

Le ministère de la Communication saisi de l’affaire: Une journaliste sanctionnée à la place de l’agresseur

82
SHARE

Une journaliste a été agressée physiquement et verbalement, devant des témoins, par un collègue photographe dans les locaux du quotidien El-Moudjahid. L’acte lui a valu un arrêt de travail (incapacité temporaire de travail) de sept jours, prolongé d’une semaine, délivré par un médecin légiste au CHU Mustapha-Pacha. Au lieu d’être soutenue par son employeur, elle a reçu, durant son congé de maladie, une notification d’une sanction qui lui a été infligée, soit “une rétrogradation par mesure disciplinaire, ultime avertissement avant licenciement”, alors que son agression a été considérée par l’administration de l’entreprise comme “un accident de travail”. L’agresseur n’a été soumis, quant à lui, à aucune mesure disciplinaire, jusqu’alors du moins. Les services du ministère de la Communication sont édifiés sur cette affaire. La jeune femme a déposé une plainte au pénal pour coups et blessures volontaires. Elle entreprend également la procédure usuelle pour engager une action en justice, section des affaires sociales, pour sanction abusive.

Source de l'article : cliquez-ici