Après l’incendie à la forêt de Harouza, sur les hauteurs de Tizi...

Après l’incendie à la forêt de Harouza, sur les hauteurs de Tizi Ouzou : Le RND soupçonne un acte «criminel» et y voit la main de «la maffia du foncier»

47
SHARE

Suite à l’incendie, constaté lundi 21 août 2017, dans la forêt Harouza, située en face de l’hôpital Belloua, sur les hauteurs de la ville de Tizi Ouzou, le bureau de wilaya du RND a rendu publique une déclaration, dans laquelle il parle d’un acte criminel. « Devant cet acte criminel, nous nous posons la question de savoir à qui profite cet acte méprisable qui déroge à toute éthique humaine, si ce n’est à une main criminelle ou la main de la mafia du foncier», écrit le parti de Ahmed Ouyahia, qui s’insurge «contre ce comportement aussi inhumain que sauvage et sollicite l’autorité locale pour prendre des mesures draconiennes à l’encontre des contrevenants, afin que cesse ce genre d’agissements très nuisible à l’environnement et aux familles qui aspirent à vivre dans un climat saint et pur».

Dans la déclaration signée par son député et secrétaire de wilaya, le RND, «exhorte à cet effet l’autorité locale à prendre une fois pour toute la décision idoine, susceptible de prendre en charge le devenir de la forêt de Harouza, poumon de la ville de Tizi-Ouzou, de manière à ce qu’elle devienne un véritable lieu de détente et de loisirs pour les habitants de Tizi Ouzou, car toute autre tergiversation ne ferait qu’aggraver la situation qui a d’ailleurs assez duré ».

Déplorant, dans le même ordre d’idées, l’état d’abandon et de laisser-aller dans lequel se trouve cette forêt qui «est devenue une véritable décharge publique, sans que cela fasse réagir les responsables habilités à l’entretenir. Une anarchie caractérisée sévit en ce lieu paradisiaque, censé être un véritable lieu de détente et de loisirs pour tous les habitants de Tizi Ouzou. »

Le signataire de la déclaration regrette, enfin, que « malgré nos moult interventions, relatives à la prise en charge effective de ladite forêt, aucun entretien ou suivi susceptible de l’agrémenter n’a vu le jour. Toutes nos correspondances et interventions, en ce sens, sont restées sans suite», conclut le RND.

Source de l'article : cliquez-ici