Ahmed Ouyahia critique indirectement Tebboune

Ahmed Ouyahia critique indirectement Tebboune

25
SHARE

TSA
Ahmed Ouyahia critique indirectement Tebboune

Pour sa première sortie publique depuis sa nomination le 15 août, Ahmed Ouyahia n’a pas manqué de critiquer indirectement son prédécesseur Abdelmadjid Tebboune. « L’Algérie est un État de droit et a tous les moyens nécessaires de faire respecter la loi. Dans le domaine économique, on veillera au respect des lois, dans le calme et non dans la confusion », a déclaré le premier ministre, à l’ouverture de sa rencontre les organisations patronales et l’UGTA, ce jeudi 24 août au Palais du gouvernement.

Le message d’Ouyahia est une critique indirecte de la méthode Tebboune, qui a déjà été dénoncée par le président Abdelaziz Bouteflika dans une instruction adressée au gouvernement, avant le changement à la tête du premier ministère. Le chef de l’État a notamment appelé au « respect des textes de lois » et à cesser « la publicité » faite autour des dernières mesures prises par le gouvernement.

| LIRE AUSSIBouteflika recadre sévèrement Tebboune

Dans son discours devant les partenaires sociaux, Ahmed Ouyahia a assuré que l’État va veiller à pérenniser la « politique sociale » et la « solidarité nationale » dans le pays.

« Le gouvernement veillera à faire durer la politique sociale et la solidarité nationale (dans le pays). L’Algérie est depuis 30 ans dans l’économie du marché avec une dimension sociale », a assuré le Premier ministre.

L’Algérie a une politique sociale constante fondée sur la justice sociale et la solidarité nationale. Je voudrais donc assurer à nos travailleurs et tous les citoyens que cette politique sociale sera maintenue par le gouvernement“, a déclaré M. Ouyahia, rapporte l’agence officielle.

Saluant l’ensemble des entreprises du pays, qu’elles soient publiques, privées ou mixtes issues de partenariats, le Premier ministre a tenu à assurer que toutes les entreprises établies en Algérie sont “les leviers du développement du pays”. “Toutes ces entreprises feront donc l’objet de notre considération sans discrimination“, a-t-il assuré.

À son tour, M. Sidi Said a appelé à la “débureaucratisation” de l’économie nationale et à “la restitution de l’initiative et de la décision à l’entreprise et à son manager”.

“Le tutorat doit accompagner et non se substituer à l’entreprise. Il faut impérativement rétablir la confiance avec les acteurs de l’activité économique“, a insisté M. Sidi Said.

La rencontre tripartite se poursuit à huis clos.

 

Ahmed Ouyahia critique indirectement Tebboune

Source de l'article : cliquez-ici