Des jeunes ont lancé des initiatives citoyennes pour sauver l’environnement: Les héros...

Des jeunes ont lancé des initiatives citoyennes pour sauver l’environnement: Les héros Verts

66
SHARE

Ces dernières années une communauté «verte» s’est créée. Des jeunes ont décidé de prendre le taureau par les cornes en lançant sur les réseaux sociaux des campagnes pour nettoyer les rues de notre pays. Leur slogan: «Réalisons l’un des rêves les plus fous et pourtant si simple…Une #AlgériePropre.» Appréciez- plutôt…

Ils s’appellent Amine, El Hadi et Naim. Ce sont trois jeunes amoureux du vélo, mais surtout de l’Algérie qu’ils pleurent de voir noyée dans les…ordures! Alors il y a un an, ils ont décidé de réagir! Les trois acolytes ont imaginé une caravane de sensibilisation qui fera l’Algérie d’est en ouest avec comme message d’espoir: «Main dans la main pour une Algérie propre.» Mais comment faire quand on est jeune et on a des moyens limités? Ces aventuriers ont décidé d’utiliser leur passion au service de l’environnement, c’est-à-dire mener eux-mêmes cette caravane avec leurs petits vélo et surtout leur volonté de fer qui montre que le rêve de voir une Algérie propre est possible! Ainsi, depuis plus d’une année ils ont fait un véritable coup de «com» autour de l’évènement en lançant sur les réseaux sociaux des teasers qui ont captivé l’attention de milliers de personnes avant la grande révélation qui a eu lieu au mois d’août dernier.

Ils ont dans ce sens attiré des sympathisants de toutes les villes qu’ils vont traverser où des actions de nettoyage, mais surtout de sensibilisation sont organisées à l’arrivée des deux héros «Verts». «On veut faire immerger la beauté de l’Algérie et ceci en adoptant des gestes environnementaux et de ne pas polluer notre environnement», est-il écrit sur les pancartes qu’ils transportent avec eux. Cette action ô combien importante du fait que le «buzz» qu’ils ont créé a le mérite de soulever les consciences sur cette question cruciale de la sauvegarde de l’environnement, n’est toutefois pas un cas isolé.

Une révolution contre les ordures
Ces dernières années une communauté «verte» s’est créée. Des jeunes ont décidé de prendre le taureau par les cornes en lançant sur les réseaux sociaux des campagnes pour nettoyer les rues de notre pays. Ils ont dans ce sens créé une page facebook qui porte le nom très évocateur d’Algérie propre où des appels à volontariat sont lancés avant d’être médiatisés sur ce réseau social pour attirer d’autres héros Verts! «Initiative 100% citoyenne, menée par des jeunes qui n’ont qu’un seul but en tête…Une #AlgériePropre», est la définition écrite sur ce groupe qui compte près de 120.000 membres. «Réalisons l’un des rêves les plus fous et pourtant si simple…Une #AlgériePropre. Marquez l’histoire de l’Algérie par une révolution contre les ordures», se sont-ils donné comme objectif.

A voir ce que ces jeunes sont en train d’accomplir, on peut dire que cette révolution est en marche. Il ne se passe pas un jour sans qu’une nouvelle initiative de nettoyage et de sauvegarde de l’environnemment ne soit signalée, et ce à travers les quatre coins du pays. Même les coins les plus reculés n’échappent pas à cette vague verte. On cite par exemple, le 12 août dernier à Annaba (est du pays) où plus de 90 sacs de déchets ont été ramassés par des bénévoles au niveau de la plage de Caroube. La belle surprise du jour est la participation de gymnastes de la région qui sont venus mettre le sport au service de l’environnement en improvisant un spectacle de rue pour attirer l’attention sur cette initiative des plus louables.

Sensibiliser les enfants sur l’importance de sauvegarder Dame nature
Il y a aussi l’exemple des parti-cipants au «festival des couleurs de Béjaïa» qui malgré l’annulation de cet événement ont fait un geste pour la nature en organisant plusieurs opérations de nettoyage autour de la ville. Mieux encore, des artistes ont donné des couleurs à un quartier mort et laissé de côté en repeignant les murs de la ville de Léonard de Vinci avec de belles fresques artistiques, donnant encore plus de charme à cette ville millénaire. Toujours à Béjaïa, le week-end dernier des citoyens ont pris l’initiative de nettoyer la place du 1er Novembre, prisée par des milliers de visiteurs tous les jours, et qui croulait sous les ordures.

La belle forêt de Yakouren qui a vu sa verdure remplacée par le verre des bouteilles de bière a, elle, accueilli plus de 500 jeunes mobilisés pour lui rendre son lustre d’antan. Initiée par l’écocitoyen Amar Adjili et l’association culturelle «Axxam N Daali» de Tizi Rached, une vaste opération de nettoyage de la forêt de Yakouren a eu lieu au début de l’été. Une totale réussite qui a permis en même temps de sensibiliser les enfants sur l’importance de sauvegarder Dame nature.

A Constantine, quelques jeunes de la ville se sont organisés pour nettoyer quelques quartiers de la ville des Ponts suspendus qui était devenue celle des déchets suspendus. Avec des sacs poubelles, des pelles et quelques bidons de peinture ils ont complètement transformé leurs quartiers les rendant presque en Eden où il fait bon vivre. De même à Oran, où une énorme mobilisation des habitants de toute la wilaya a été signalée au niveau de la communauté verte. Les habitants de plusieurs quartiers ont décidé de repeindre les murs de la même couleur et d’installer des poubelles un peu partout. Tout le monde participe à cette belle action. Les bambins mettent la main à la pâte et ils sont ravis…

Adoptez une poubelle!
Que dire alors de l’idée géniale qu’ont trouvé des femmes de la commune côtière de Bousmaïl dans la wilaya de Tipasa, à savoir adopter une poubelle! Vous allez dire c’est quoi cette idée? Eh bien c’est simple, ces ingénieuses DAMES ont conçu des poubelles à partir de matériel de récupération qu’elles ont acheté chez un ferrailleur de la ville. Chaque vendredi, ces filles changent les sacs remplis des poubelles qu’elles ont…adoptées.

Elles les mettent au bord de la route pour faciliter le ramassage aux autorités. Le but de cette initiative est de monter que le vrai problème n’est pas budgétaire et que la gestion des déchets ne demande pas de gros efforts si cette affaire est traitée de manière intelligente et simple. Dans le même registre d’idées on a eu un coup de coeur pour Manel Drareni: la femme qui redonne vie aux objets. Cette jeune étudiante en architecture recycle divers objets pour en faire des oeuvres d’art. Une vieille bouteille en verre, un tronc d’arbre, un filtre à air de camion… Ce sont autant d’objets destinés à l’abandon par leurs propriétaires, mais qui prennent une tout autre forme quand ils passent sous les petites mains de Manel.

Outils décoratifs, sculptures, bijoux… prennent un aspect que l’on n’aurait jamais pu imaginer. Du haut de ses 21 ans, elle a réussi à allier ses deux passions: l’art et l’environnement. C’est sa contribution pour sauver la nature en montrant qu’avec un peu d’ingéniosité on peut faire du recyclage…

Un exemple à méditer…
Toutes ces belles initiatives montrent donc une prise de conscience chez notre jeunesse qui rêve de vivre dans des villes propres. Elle n’est pas forcément «écolo», mais elle veut en finir avec ce fléau qui a gagné le pays depuis qu’il est passé au libéralisme durant les années 1990. Car, il faut dire qu’en Algérie la saleté a droit de cité. L’Algérie reste parmi les destinations les plus sales du monde…Le pays croule sous les ordures, des tonnes de déchets jonchent les trottoirs. Du matin au soir, les Algériens font face aux ordures. Même la capitale, qui est censée être la vitrine du pays, est sale, voire très sale. Les odeurs pestilentielles des poubelles sont devenues notre parfum quotidien. Elles se répandent partout! Toutes les solutions prônées par les autorités semblent vouées à l’échec. On ne sent pas une volonté tangible des responsables locaux pour se débarrasser de ce fléau, chose sans laquelle l’Algérie ne sortira jamais de ses poubelles.

Il faut révolutionner les mentalités, que ce soit celle des responsables locaux, des travailleurs du domaine où des citoyens-pollueurs afin que tous changent leurs comportements qui nuisent à leur environnement. Les autorités doivent centrer leurs efforts sur l’éducation de la population. Faire entrer les termes «développement durable» «consommation responsable» dans le vocabulaire algérien. Il faut ré-inculquer cette culture qui est loin d’exister chez nous où l’on continue à jeter nos poubelles par les fenêtres et nos détritus par-terre. Il faut également sortir de la gestion administrative des déchets.

Les opérations de nettoyage sont traitées beaucoup plus pour les besoins des bilans. Cela ressemble plus à des opérations statistiques que des opérations coups de poing. «Cinq tonnes de déchets ont été ramassées par-ci, 10 tonnes par-là…» C’est le genre de communiqué qui tombe régulièrement. Mais au final, pour quel résultat? Rien de concret en tout cas. L’exemple de ces jeunes super héros de la nature est à méditer. Certains vous diront que ce qu’ils font est une goutte dans l’océan des poubelles qui noie le pays, mais ils portent avec eux une symbolique des plus fortes pour dire stop à ce massacre environnemental qui est en train de «tuer» nos villes et villages. Avec leur volonté de fer, ils ont réussi là où les politiques ont échoué…

Source de l'article : cliquez-ici