Grande mosquée d’Alger : les exigences du nouveau ministre de l’Habitat

Grande mosquée d’Alger : les exigences du nouveau ministre de l’Habitat

93
SHARE

TSA
Grande mosquée d’Alger : les exigences du nouveau ministre de l’Habitat

À chaque ministre, ses exigences. Si son prédécesseur Youcef Chorfa avait surtout exigé la livraison de la Grande mosquée avant la fin de l’année, le nouveau ministre de l’Habitat s’intéresse à un autre aspect du projet : le design et l’embellissement.”Les travaux d’embellissement doivent être pris en compte” pour rendre grâce au “chef-d’œuvre architectural” qu’est la Grande mosquée d’Alger, “qui représentera la vitrine de la capitale et, globalement, du pays“, a déclaré Abdelwahid Temmar, ce samedi 26 août, lors d’une visite sur les lieux, rapporte l’agence officielle.

M. Temmar a exigé la participation de trois membres supplémentaires à l’Agence nationale de réalisation et de gestion de la Grande mosquée d’Alger : un paysagiste, chargé du décor extérieur, un designer qui s’occupera du décor intérieur et un responsable de l’éclairage.

Accompagné du wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, et du secrétaire général du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, Redouane Maache, M.Temmar a effectué samedi une visite d’inspection à la Grande mosquée d’Alger, ainsi qu’à la mosquée Ketchaoua.

À la Grande mosquée, ils se sont enquis de l’état d’avancement des travaux au niveau de la salle de prière, de l’esplanade et du minaret.

Le ministre a passé en revue les différents aspects de la construction, liés essentiellement au confort et l’esthétique de la Mosquée, avec le maîtres d’œuvre et les membres du bureau d’études en charge.

La visite a été l’occasion pour le ministre de relever la question de la circulation piétonne et automobile alentour, qui constitue un “défi“, considérant la capacité d’accueil de l’édifice, allant jusqu’à 120.000 fidèles.

En outre, il a discuté des possibilités d’agencement des 43 étages du minaret, qui devrait héberger des expositions et des services dédiés au tourisme et à la rentabilisation du complexe cultuel.

La Grande mosquée d’Alger compte, en sus de la salle de prière, une cour extérieure, une bibliothèque, un centre culturel, une maison du Coran ainsi que des jardins, un parking, des blocs administratifs, des postes de protection civile et de sûreté.

Outre les commerces et les établissements de restauration, la Grande mosquée d’Alger accueillera un musée d’arts et d’histoire islamiques ainsi qu’un centre d’études sur l’histoire de l’Algérie.

Dans la partie sud du site, est prévu un centre culturel composé d’une grande bibliothèque, de salles de cinéma et de conférence pouvant accueillir 1.500 participants.

Plus tôt dans la matinée, le ministre a inspecté la mosquée Ketchoua, à la basse Casbah d’Alger, dont les travaux de restauration et de réhabilitation arrivent à leur terme.

Ce monument religieux, historique et culturel doit être une étape d’un véritable circuit touristique et mis en valeur en tant que tel“, a-t-il signifié aux représentants de l’Agence turque de restauration et de coordination (TIKA), chargée des travaux de restauration et de réhabilitation, et ceux de l’Office national de gestion et d’exploitation des biens culturels protégés (OGEBC), chargé du suivi.

M. Temmar, qui avait occupé le poste de directeur général d’Urbanisme au ministère de l’Habitat, a également fait valoir l’importance de l’aménagement extérieur de l’édifice dont les travaux intérieurs ont été finalisés.

Grande mosquée d’Alger : les exigences du nouveau ministre de l’Habitat

Source de l'article : cliquez-ici