Des hausses allant jusqu’à 20%: Les articles scolaires plus chers

Des hausses allant jusqu’à 20%: Les articles scolaires plus chers

171
SHARE

A une dizaine de jours de la rentrée, les étals de fournitures scolaires ont fait leur apparition. Au marché des Aurès (ex- la Bastille), M’dina Jdida et même dans les magasins de quartiers, tous les produits nécessaires sont disponibles.

Un grand choix est offert au client. La marchandise varie entre produits locaux et produits d’importation. Seulement, les prix affichés ne sont plus ceux de l’année précédente. Hormis les cahiers, dont la production jugée de très bonne qualité et couvre la demande, presque tous les autres articles ont connu une hausse. Une petite virée effectuée ce jeudi au marché de la Bastille permet de constater que la hausse varie entre 15 et 20%.

A titre d’exemple, des taille-crayons avec des figurines de personnages de dessins animés qui coûtaient 50 dinars l’année passée sont cédés cette année à 70 dinars. Des trousses aussi avec des illustrations de dessins animés, sont cédées à 500 dinars contre 400 dinars l’an passé. Les trousses simples sont proposées à 300 dinars, contre 250 dinars l’année dernière. Les crayons de couleur ont connu une hausse de 10 à 50 dinars selon la marque, la qualité et la taille. «On achète cher chez les grossistes. On est obligé d’augmenter les prix de vente au détail.

Les fournisseurs justifient cette augmentation par le taux de change de la devise», dira un vendeur installé dans ce marché populaire. La rentrée scolaire prévue pour le 6 septembre sera une autre occasion de «saigner» encore les maigres bourses des familles soucieuses de garantir pour leurs enfants des conditions d’études optimales. Pas de répit pour les familles, habituées désormais à faire face, chaque année, à la même situation. Même si ce n’est pas encore le rush, la foule sera au rendez-vous dès le premier jour de la rentrée scolaire, les marchés, souks et autres boutiques de fournitures scolaires ont été réinvestis ces derniers jours.

Si beaucoup parmi eux s’en doutent, compte tenu de la hausse générale du coût de la vie enregistrée depuis quelques mois, les parents seront surpris de constater encore une fois que les prix ont augmenté comparativement à l’année dernière. Dans le volet papeterie, les prix des cahiers (de production nationale) varient de 15 DA (32 pages) à 180 DA (384 pages), les cahiers à spirale coûtent plus cher. Pour les cahiers importés, la hausse est plus importante. Les prix des étuis de 12 crayons de couleur varient de 80 à 800 dinars. Les stylos entres 20 et 250 dinars. Pour ce qui est des blouses, les prix varient entre 400 et 4.000 dinars, selon son style – manches longues, demi-manches ou sans manches, production nationale ou importées. Les sacs à dos sont le énième casse-tête des parents. Leurs prix varient entre 600 et 9.000 dinars. Dans les grandes surfaces et les magasins spécialisés dans la vente d’articles scolaires, le prix du cartable atteint facilement les 24.000 dinars, les trousses entre 150 et 1.200 DA, l’ardoise entre 200 et 1.000 dinars.

Depuis quelques années, les ménages algériens subissent une véritable saignée du fait que la rentrée sociale coïncide avec l’Aïd El-Adha.

Le cauchemar des parents est de trouver le bon article au meilleur prix. Comptabiliser le coût d’une rentrée scolaire est la principale préoccupation.

Les produits chinois en tête

Selon un vendeur, «la demande est plus importante sur les produits chinois, dont les prix restent difficiles à concurrencer par les produits européens et même par une timide production locale, mais de meilleure qualité». Toutefois de nombreux autres articles fabriqués à base de matériaux plastiques de la récupération, font peser de gros risques sur la santé des écoliers. Pour donner des couleurs vives à leur produit, les fabricants chinois ont recours à des traitements chimiques à forte teneur toxique. Selon un médecin, «certains articles contenant des substances colorantes, scintillantes où odorantes ont de fortes teneurs en matières dangereuses seraient à l’origine de maladies respiratoires et d’allergies». Il s’agit notamment des pâtes à modeler, les gommes colorées, les crayons de couleurs et les effaceurs.

Dans ce cadre, une campagne de contrôle des articles scolaires a été lancée par de la direction du commerce d’Oran. Des brigades spécialisées, composées de 50 agents contrôleurs, procéderont à des visites inopinées dans les librairies, papeteries, grossistes d’articles scolaires des 26 communes de la wilaya. Cette opération permettra notamment aux contrôleurs de s’enquérir du respect de la loi relative à la protection du consommateur et à la lutte contre la fraude en respectant l’étiquetage, la facturation, la qualité et la compatibilité des produits. La non-observation des règles édictées par la législation constitue une source de risque pour l’utilisateur. Des articles ne comportent souvent aucune indication sur la composition, la provenance, le fabricant où le siège social sont souvent dangereux. Ce défaut d’étiquetage est sanctionné par la loi sur la concurrence. Dans ce registre, le contrôle ciblera les protège-cahiers puisqu’ils contiennent du plastique, les instruments graphiques, les marqueurs, la colle et les pâtes à modeler.

Source de l'article : cliquez-ici