Bouira: Les résidus de Jund al-Khilafa traqués

Bouira: Les résidus de Jund al-Khilafa traqués

66
SHARE

Depuis plusieurs semaines, les forces de l’ANP semblent décidées à en finir avec le groupe terroriste affilié à Jund al-Khilafa et activant dans la partie est de la wilaya.
Selon nos sources, le groupe en question, qui serait composé de six à sept éléments et dirigé par un certain Mazit Karim, natif de Semmache, dans la commune d’El-Adjiba, et qui aurait échappé de justesse aux forces de sécurité dans la fameuse opération de février dernier où 14 terroristes avaient été éliminés à Tamellahth, bénéficierait de complicités et d’un véritable réseau de soutien pour avoir à chaque fois réussi à échapper de justesse aux forces de sécurité.

Il est vrai que la vastitude du périmètre qui s’étend sur quatre communes, El-Adjiba, Ahnif pour la partie sud et la vaste forêt de Tamellahth qui s’étend sur une vingtaine de kilomètres carrés, puis vers le nord, les communes d’El-Adjiba, M’chédallah et Saharidj, qui partagent la longue chaîne du Djurdjura dans son versant sud, fait que le ce groupe terroriste, dont les éléments sont natifs de la région, pourra largement emprunter des chemins de détour et autres sentiers difficiles d’accès pour échapper aux mailles de l’armée mais, l’hypothèse selon laquelle ce groupe bénéficierait de complicités parmi les villageois reste la plus plausible.

Car, la présence de l’armée depuis début août et le bouclage de la région avec barrages et embuscades et le renforcement des effectifs – selon nos sources, ils seraient plus de 1 000 militaires à s’être déployés dans la région – sans que le groupe soit repéré, prouvent que celui-ci est blotti quelque part «au chaud» et pourra le faire pour des mois, tant que l’armée est là.
Pour le moment, et selon des informations concordantes, parallèlement à ce bouclage, des renseignements sont actionnés pour essayer de retrouver la trace de ce groupe et la place dans laquelle il serait caché, sachant qu’il est toujours dans ce périmètre.

Rappelons que ce groupe terroriste, qui faisait partie des résidus de la phalange Al-Houda affiliée à Aqmi, avait rallié Daesh au lendemain de la proclamation du groupe Jund al-Khilafa dirigé par le sinistre Abdelmalek Gouri – abattu en décembre 2014 à Bordj-Ménaïel – et son allégeance pour cette organisation terroriste internationale. Ce groupe terroriste, qui aurait perdu un des siens et qu’il avait enterré devant une casemate et dont le cadavre a été découvert le 16 août dernier à Hagui, une localité située justement sur les hauteurs du Djurdjura, au nord de la commune d’El-Adjiba par l’armée qui est déployée depuis aux alentours, a été l’auteur de plusieurs actes terroristes et autres attentats dont celui qui avait coûté la vie à deux gendarmes le 3 février 2015 à El-Adjiba. En févier dernier, ce fut également ce même groupe terroriste qui avait accueilli au niveau de la fameuse forêt de Tamellahth, un important groupe terroriste venu de l’est du pays, fuyant la pression qui s’exerçait sur lui au niveau des maquis terroristes de la wilaya de Skikda.

Une quinzaine de terroristes avaient été accueillis dans cette fameuse forêt où, selon des informations, des attentats de grande envergure à l’approche des législatives étaient prévus contre des édifices publics surtout le CNSLT, le Centre national des sports et loisirs de Tikjda qui était très réputé et connu à l’échelle internationale.

Le groupe terroriste visait par ces attentats un coup médiatique certain ; n’était la vigilance des services de sécurité qui avaient, grâce aux renseignements des cellules antiterroristes appartenant au Haut Commandement de l’armée, réussi à déjouer ses visées.
Le groupe terroriste fut cerné et, en moins de quatre jours, il fut presque anéanti avec l’élimination de 14 terroristes dont seulement deux d’entre eux étaient natifs de la wilaya, alors que le restant des terroristes abattus sont tous étrangers à la wilaya.

Lors de cette opération très réussie, le groupe terroriste, qui activait localement et qui avait préparé le terrain, en équipant les casemates qui devaient accueillir le fameux groupe terroriste qui venait de l’Est, en les dotant de nourriture nécessaire et de couvertures et même de médicaments, a réussi à s’échapper miraculeusement en se retrouvant, au moment du début de l’opération, hors du périmètre bouclé.
Depuis, l’armée et les renseignements multipliaient les opérations de ratissage et même de bouclage des périmètres situés dans cette région est de la wilaya, mais à chaque fois, le groupe terroriste réussit à s’échapper.

Cependant, une chose est sûre : ce groupe terroriste acculé ne chercherait plus à commettre des actions d’éclat comme il le faisait par le passé mais chercherait plutôt à sauver sa peau et échapper à la pression qu’il subit au quotidien de la part des forces de l’ANP. Des forces de l’ANP dont les chefs sont décidés à en finir avec ce groupe terroriste pour pacifier, une bonne fois pour toutes, cette région qui n’a que trop souffert, surtout la région de Tamellahth dont les habitants sont souvent sommés par ces hordes terroristes de s’abstenir de travailler leurs terres et surtout de cueillir leurs olives ; ceux-ci craignant de se faire repérer par les citoyens qui ne cachent plus leur animosité vis-à vis du terrorisme.

La preuve est que, depuis les années 2000, et presque partout à travers le pays, mais surtout ces dernières années dans la wilaya de Bouira, aucun jeune n’a rejoint les maquis terroristes.
H. M.

Source de l'article : cliquez-ici