Le dossier est remis aux calendes grecques: Le gouvernement a-t-il reculé sur...

Le dossier est remis aux calendes grecques: Le gouvernement a-t-il reculé sur la réforme du bac ?

67
SHARE

Le dossier de la réforme du bac est remis aux calendes grecques. La ministre de l’éducation nationale a annoncé dimanche que cet examen ne va pas subir de changement cette année et que le dossier est toujours au niveau du gouvernement. Ce dernier a-t-il reculé sur le projet ?

Salima Akkouche – Alger (Le Soir) – Dans un point de presse qu’elle a animé dimanche, en marge d’une conférence nationale avec les directeurs de l’éducation, la ministre de l’éducation nationale est affirmative : le système de l’examen du bac pour l’année 2017-2018 ne subira pas de modification et sera soumis au même protocole déjà en place.

Le dossier de la réforme du bac, a-t-elle rappelé, est sur la table du gouvernement. Pourtant, la réforme du bac devait être mise en place depuis l’année dernière. La première responsable du secteur, qui a annoncé sa mise en vigueur pour l’année scolaire 2016-2017, a fini par être déboutée par le gouvernement qui a reculé sur cette réforme après avoir donné son accord. Meziane Meriane, coordonnateur du snapest, a expliqué que ce qui a fait reculer le gouvernement sur la réforme du bac, c’est le problème de la suppression de l’éducation islamique.

«Le gouvernement, qui a déjà décidé de supprimer la filière sciences islamiques, a été obligé de faire un compromis et, en contre-partie de la suppression de cette filière, il doit introduire l’éducation islamique dans toutes les spécialités et aujourd’hui avec la réforme du bac en trois jours, cette matière devra figurer dans la fiche de synthèse pour certaines spécialités et non dans l’examen du bac, ce à quoi certains courants se sont opposés, et c’est ce qui a fait reculer le gouvernement», a expliqué M. Meriane, qui appelle à faire valoir l’intérêt de l’élève avant tout et de laisser les spécialistes décider. Selon le syndicaliste, la réforme du bac sera bloquée tant «qu’il n’y aura pas de consensus sur cette question».

De son côté, Idir Achour, porte-parole du CLA, estime que la réforme de cet examen est impossible tant que le processus de la réforme du cycle secondaire n’a pas été entamé. Une réforme qui n’est plus à l’ordre du jour en raison de la politique d’austérité. Un argument invoqué par le gouvernement, dit-il.

Le problème du coût financier engendré par l’organisation du bac durant une période de cinq jours était, entre autres, à l’origine de la proposition de le réduire à trois jours. Pourtant, pour l’instant, le gouvernement ne semble pas pressé pour faire baisser ce coût.

Changement au niveau des directeurs de l’éducation
Le ministère de l’éducation a annoncé hier dans un communiqué avoir procédé à un changement partiel au niveau du corps des directeurs de l’éducation.
A quelques jours de la rentrée scolaire, le département de Benghabrit a procédé donc au changement de dix-huit directeurs. Il y a eu 13 mutations vers d’autres wilayas, quatre limogeages, une promotion et cinq nouvelles nominations, précise le communiqué.
S. A.

Source de l'article : cliquez-ici