Le problème d’AEP se pose avec acuité à Souk Ahras: Les citoyens...

Le problème d’AEP se pose avec acuité à Souk Ahras: Les citoyens de Sidi Fredj ont soif

65
SHARE

Il vous faut trouver une solution pour que la population boive, a martelé le wali lors de sa visite d’inspection dans la région.

Après la visite qu’il a effectuée à travers les daïras d’Oum Laâdhaim et Bir Bou Haouch, le wali de Souk Ahras s’est rendu en début de semaine dans la commune de Sidi Fredj dans la daïra de Merahna, une commune enclavée, dont certaines mechtas souffrent dramatiquement du manque d’eau potable. En réponse aux nombreuses revendications des citoyens venus nombreux à sa rencontre, M. Badoui a été catégorique en prenant à partie le subdivisionnaire de l’hydraulique. “Il est anormal que les habitants de cette commune et principalement ceux des mechtas soient alimentés en eau potable un jour sur trois. Il faut trouver d’autres ressources pour renforcer cette région et en finir une fois pour toute avec cette histoire d’eau potable. Procédez à des captages, à des forages, sinon ayez recours au transfert. Il vous faut trouver une solution pour que la population boive.” Il semble à travers cette injonction que le premier responsable de la wilaya veuille faire de cette question d’AEP son cheval de bataille. D’ailleurs il l’a clairement déclaré : “Je veux qu’en 2018 on ne parle plus de cette histoire d’approvisionnement en eau potable surtout que la wilaya s’apprête à réceptionner deux grands barrages, qui viendront s’ajouter aux quatre forages exploités.” En commis de l’État qui sait le poids des mots, le wali a demandé une étude de prospection qui ne dépasse pas les deux mois, et ce, avant de commencer l’arbitrage du PCD afin de pouvoir dégager les priorités et entamer les travaux. Aux citoyens qui demandaient la construction d’une route qui mène à leurs mechtas il a répondu : “Nous devons d’abord cerner les priorités. Cela ne veut pas dire qu’on délaissera le projet de la route, l’État est là pour vous accompagner. Pour ce qui est du raccordement à l’électricité, il fera savoir aux concernés qu’ils doivent participer en s’acquittant des frais d’installation de compteurs.” Cette visite éclair a permis au chef de l’exécutif d’inspecter le projet de protection de la commune de Sidi Fredj contre les inondations. Ce responsable a affiché publiquement son mécontentement quant à l’état d’avancement de ce projet qui devait être livré avant les grandes pluies. Ce chantier, dont les travaux ont été lancés le 22/01/2017 pour un délai de réalisation de 10 mois connaît un grand retard. M. Badoui n’y est pas allé avec le dos de la cuillère en demandant d’adresser un avertissement formel à l’entreprise en charge de sa réalisation et le cas échéant appliquer les pénalités de retard à l’encontre de celle-ci. Ce projet, dont l’impact social est la protection des habitants ainsi que les équipements publics contre les inondations avec en prime l’amélioration du cadre de vie des 4 000 habitants de cette localité, a coûté au Trésor public la bagatelle de 56 865 510,00 DA. Le wali a insisté sur le renforcement de la main-d’œuvre pour multiplier la cadence des travaux afin de livrer ledit projet à temps, et éviter les désagréments à la population.
Hocine FARROUKI

Source de l'article : cliquez-ici