Selon un rapport de BP sur le charbon et le pétrole: L’Algérie...

Selon un rapport de BP sur le charbon et le pétrole: L’Algérie troisième consommateur en Afrique

102
SHARE

Outre le gaz, l’Algérie consomme, même à moindre échelle, des quantités de charbon et de pétrole. Chose qui lui a valu, selon le dernier rapport de British Petroleum, la troisième place africaine en termes de consommation de ces deux produits d’énergie.

En 2016, l’Afrique a produit au total 150,5 millions de tonnes équivalent pétrole (TOE) de charbon, soit 4,1% de la production mondiale. D’après la dernière actualisation du rapport BP Statistical Review of World Energy publiée en juillet dernier par l’entreprise britannique BP, la production de charbon du continent a connu une légère baisse de 1% en glissement annuel. L’Afrique du Sud demeure le leader incontesté en Afrique, produisant à elle seule 142,4 millions TOE, suivie du Zimbabwe (1,7 million TOE). Le reste du continent a produit 6,3 millions TOE, selon le rapport.
Dans le même temps, la consommation de charbon en Afrique a légèrement augmenté de 0,4% à 95,9 millions TOE, soit 2,6% de la consommation mondiale en 2016. L’Afrique du Sud est le plus grand consommateur africain (85,1 millions TOE), suivi par des pays comme l’Egypte (0,4 million TOE) et l’Algérie (0,1 million TOE). Par ailleurs, le rapport estime les réserves prouvées de charbon de l’Afrique fin 2016, à 13,217 milliards de tonnes, ce qui constitue environ 1,2% des réserves mondiales. La Chine demeure de loin le plus grand producteur (46,1% de la production mondiale en 2016) et le premier consommateur (50,6% de la consommation mondiale en 2016) de charbon au monde. La troisième place revient aussi à l’Algérie lorsqu’il s’agit de la consommation africaine de pétrole. Selon un autre rapport de BP, l’Algérie a consommé une moyenne de 412 000 barils/jour durant l’année 2016, devancée par l’Egypte avec une moyenne de 853 000 barils consommés par jour et l’Afrique du Sud, le pays le plus industrialisé du continent, en a consommé 560 000 barils par jour. Quant au reste du continent, il compte pour 2 111 000 barils chaque jour. Selon le dernier rapport de BP sur la situation énergétique mondiale, l’Afrique a constitué la plus petite part de la consommation mondiale de pétrole. Sa consommation s’est élevée à 3 937 000 barils de pétrole par jour, soit 4,1% du volume mondial. Ces chiffres représentent une croissance de 2,9% par rapport à la période 2005-2015. Le plus gros consommateur de pétrole en 2016 aura été l’Asie pacifique avec 34,8% du volume mondial consommé. Dans l’ordre, suivront l’Amérique du Nord avec 24,7%, l’Europe et l’Eurasie avec 19,5%, le Moyen-Orient pour 9,8% et l’Amérique centrale et du Sud 7,2%.
Par ailleurs, le document note qu’en 2016, le continent a produit en moyenne 7 892 000 barils par jour, soit 8,6% de la production mondiale d’or noir. Une production en recul de 1,8% par rapport aux dix précédentes années. Le continent a été l’avant-dernier producteur mondial d’or noir en 2016. Malgré les difficultés rencontrées dans son secteur tout au long de l’année, c’est le Nigeria qui a été le principal producteur en volume avec une moyenne de 2,053 millions de barils produits par jour. Il sera suivi sur le podium par l’Angola, avec 1,807 million de barils produits quotidiennement et par l’Algérie (1,579 million de barils par jour). La région du Moyen-Orient est la principale productrice mondiale de pétrole avec 31 789 000 barils produits par jour, ce qui représente 34,5% de la production mondiale. Elle est suivie de l’Amérique du Nord (20,9%), de l’Europe et de l’Eurasie (19,2%), de l’Asie pacifique (8,7%). L’Amérique centrale et du Sud ferme la marche avec 8,1% de la production mondiale.

2e réserve de gaz en Afrique

Au 31 décembre 2016, les réserves prouvées de gaz naturel du continent africain étaient de 503 Trillions de pieds cubes de gaz (TCF). C’est ce qu’explique le dernier rapport de BP sur la situation énergétique mondiale. Les pays qui contrôlent le plus de réserves sont le Nigeria (186,6 TCF), l’Algérie (159,1 TCF), l’Egypte (65,2 TCF), la Libye (53,1 TCF). Le reste du continent possède au total 39,3 TCF. Ce total de 503 TCF représente 7,6% des réserves prouvées mondiales, et place la région à la quatrième position dans le classement des régions du monde ayant le plus de réserves prouvées de gaz naturel. Le classement compte au total six régions. Dans l’ordre, le Moyen-Orient contrôle 2 803,2 TCF de réserves prouvées, soit 42,5% des réserves prouvées mondiales. Il est suivi par la zone regroupant l’Europe et l’Eurasie qui comptabilise 2 002 TCF de réserves qui représentent 30,4% des réserves mondiales. La troisième région dans ce classement est l’Asie Pacifique avec des réserves de 619,3 TCF qui constituent 9,4% des réserves mondiales. Les cinquième et sixième régions dans la liste sont l’Amérique du Nord avec respectivement 393 TCF et l’Amérique centrale et du Sud, avec 286 TCF. Le premier conserve 6% des réserves mondiales et le dernier, 4,12%. Il faut souligner que par pays, l’Iran est le plus grand détenteur de réserves : 18% du total mondial. Grâce à ses réserves prouvées, il est possible, indique le rapport, de produire de façon suffisante pour la demande pendant encore plus de 50 ans.

Hafid M.

Source de l'article : cliquez-ici