La mère du journaliste Said Chitour demande à Bouteflika de libérer son...

La mère du journaliste Said Chitour demande à Bouteflika de libérer son fils “innocent”

262
SHARE

TSA
La mère du journaliste Said Chitour demande à Bouteflika de libérer son fils “innocent”

La mère du journaliste Said Chitour, incarcéré depuis 100 jours, a adressé ce vendredi une lettre au président Abdelaziz Bouteflika.

“Mon fils Said, journaliste qui collabore avec plusieurs médias anglophones (BBC, Washington Post, France 24, etc.) est incarcéré depuis plus de 100 jours. Il est accusé du crime le plus odieux pour un homme, qui est la trahison de son pays”, écrit en introduction, Mme Chitour, dans sa lettre publiée via notre site, où elle demande au président de la République de libérer son fils “innocent” de la prison et de “ce piège dans lequel il est tombé”.

La mère de Said Chitour rappelle le passé révolutionnaire de sa famille. “J’ai éduqué mes 9 enfants, qui sont tous universitaires et cadres, comme mes parents m’avaient éduquée. La maison de mon père Arab Nait Touati, était comme le centre du gouvernement provisoire en Tunisie. Amirouche, Ben Khedda, Abane Ramadane et le commandant Azzedine, qui est toujours en vie, étaient des habitués de notre maison”, relate-t-elle.

Mme Chitour poursuit en affirmant que son fils incarcéré n’a pas fui le pays durant la décennie noire et il avait choisi de résister et de lutter, avec sa “plume”, et au “péril de sa vie”, pour “l’image et la sécurité de l’Algérie.”

Il a contribué, durant un quart de siècle, à faire découvrir, la beauté de notre pays, ses richesses culturelles, historiques et artistiques. “Monsieur le Président, mon fils est diabétique et il a déjà perdu 20 kilogrammes et je crains qu’il meurt en prison, prévient-elle. Ses trois enfants, adolescents, sont dans un état instable, imaginez Monsieur le Président la lourdeur de l’accusation portée contre leur père”.

Sur le même sujet :

La mère du journaliste Said Chitour demande à Bouteflika de libérer son fils “innocent”

Source de l'article : cliquez-ici