Mihoubi en visite à Batna: Des sites à remettre en valeur

Mihoubi en visite à Batna: Des sites à remettre en valeur

54
SHARE

Une journée assez chargée au programme du ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, qui était en visite hier dans la wilaya de Batna  pour un programme de redressement de la culture, laquelle connaît une véritable léthargie ces deux dernières années.

Le ministre de la Culture Azeddine Mihoubi a visité, hier, plusieurs infrastructures culturellesnotamment des sites archéologiques et des musées dans la capitale des Aurès. Mihoubi a entamé sa visite de travail par le projet de la réalisation d’un centre culturel et d’une salle de lecture dans la commune de Fesdis, au nord de la ville de Batna, avant d’effectuer un long crochet à Timgad où il s’est rendu au site archéologique de la ville primitive de Timgad (colonie Marciana Traiana Thamugadi fondée par l’empereur romain Trajan en l’an 10) qui est, rappelons-le, classée par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité. Ces dernières décennies, ce site archéologique est en plein perdition à cause des conditions climatiques et de l’absence d’une réelle prise en charge en matière de préservation. Depuis la délocalisation du Festival international de Timgad du théâtre antique, les responsables de la culture parlent de la restauration de la «petite Rome d’Afrique», sans que leurs promesses ne se matérialisent sur le terrain. Azzedine Mihoubi arriverait-il à sauver la ville primitive (aux 2000 ans) d’une destruction assurée ? Seul le temps le dira si sa visite n’est qu’une ballade comme celles de ses prédécesseurs.

Un patrimoine menacé

De retour au chef-lieu de la wilaya, le ministre et la délégation, qui l’accompagne, ont marqué une halte pour se rendre au musée ancien et au nouveau musée et aux ruines de Lambaesis (fondée en l’an 81 par la IIIe légion romaine), qui, autrefois, couvraient plus de 800 ha et qui ne cessent de voir son périmètre se rétrécir de jour en jour, pour finir, si rien n’est engagé, par disparaître. Des discours continuent à être clamés, sans qu’ils n’arrivent à se matérialiser.
Les quelques ruines qui restent debout résisteront-elles devant les convoitises des 30.000 habitants de cette ville ? Dommage qu’un si riche et beau patrimoine, qui aurait servi au développement économique du pays, soit à l’abandon.
Cette visite arrivera-t-elle à le préserver et de faire de lui un levier de l’économie ? Après cette course qui l’a guidé la matinée dans le sud-est du chef-lieu de la wilaya, le ministre de la Culture a repris sa tournée dans la ville de Batna pour visiter certaines infrastructures culturelles dont l’Institut régional de formation musicale créé en 1987 et qui a formé des centaines de musiciens, le projet de la galerie des expositions relevant de l’Ecole régionale des Beaux-Arts, situé dans le complexe culturel et sportif du quartier de Kechida, l’inauguration de la bibliothèque principale du pôle urbain de Ham’la 1. Le ministre a visité différents espaces et a rencontré, à la résidence des Oliviers, de nombreuses personnalités des milieux artistiques et culturels. Il a également rencontré des éditeurs algériens à l’occasion de la première journée franco-algérienne des métiers de l’édition. En attendant que le ministre dévoile son programme de redressement économique par la culture et l’art, toutes ces visites, pour le citoyen restent un non-événement.

Aguellid Aguellil

Source de l'article : cliquez-ici