Algérie-Venezuela : Les relations qui unissent les deux pays, « un modèle de...

Algérie-Venezuela : Les relations qui unissent les deux pays, « un modèle de coopération »

27
SHARE
Les relations parlementaires entre l’Algérie et le Venezuela ont été mardi au centre d’un entretien entre le président de la commission des Affaires étrangères, de la coopération et de la communauté établies à l’étranger de l’Assemblée populaire nationale (APN), Si Afif Abdelhamid, et l’ambassadeur du Venezuela en Algérie, José de Jesus Sojo Reyes, a indiqué un communiqué de l’Assemblée. A ce propos, M. Si Afif a estimé que les relations qui unissent l’Algérie et le Venezuela sont « un modèle de coopération, notamment, à la lumière des dénominateurs communs tant au plan politique qu’économique ». Les deux parties ont convenu de « la nécessité de consolider les relations  parlementaires ».
Le défi pour les deux pays est « l’édification d’une économie créatrice de richesse en dehors de l’exportation des hydrocarbures », a estimé M. Si Afif rappelant que « l’Algérie, et après avoir traversé une étape difficile dans les années 1990, a entamé une nouvelle ère de sécurité, de stabilité et  d’effort pour la diversification de son économie grâce à la politique clairvoyante de son Excellence, le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika ». « Le paiement anticipé de la dette extérieure et la constitution d’une réserve de change pour faire face à la crise a été une sage décision » , a-t-il ajouté. De son côté, l’ambassadeur vénézuélien s’est félicité du « niveau de la coopération bilatérale confortée par les efforts du Président Bouteflika, de l’ex-président vénézuélien, Huguo Chavez et de son successeur, M. Nicholas Maduro », soulignant les nombreux secteurs de coopération tels que  l’agriculture et la pêche. Au chapitre des relations internationales, les deux parties ont mis en avant « la convergence des vues à propos des plus importantes questions internationales et leur attachement au respect de la souveraineté des pays et au rejet de l’ingérence étrangère dans leurs affaires internes. Les deux responsables ont également mis l’accent sur « le soutien des peuples qui luttent pour leur indépendance à l’instar des peuples palestinien et sahraoui » . A ce titre, les deux parties ont fustigé « les graves dérapages du service presse de l’ONU qui a dénaturé les déclarations d’intervenants ayant exprimé leur solidarité au peuple sahraoui lors des travaux de la 4e Commission de décolonisation avec la connivence de la partie marocaine »,  estimant qu’il s’agit-là d’un « grave précédent ».
M. N.
Source de l'article : cliquez-ici