Des frais de formation jugés élevés: Les chauffeurs de transport de bus...

Des frais de formation jugés élevés: Les chauffeurs de transport de bus et de marchandises réclament une réduction du tarif

16
SHARE

par K. Assia

Longtemps exigée, la formation des chauffeurs de bus est enfin, lancée à Oran. Six écoles privées assurent, désormais, cette formation de 15 jours, au profit des chauffeurs de transport en commun, pour l’obtention de l’attestation du brevet professionnel a-t-on appris, hier, auprès de M. Chikh coordinateur du syndicat de l’Union nationale des transporteurs algériens UNAT d’Oran. Toutefois, les frais de cette formation fixés à 45.000 DA ont suscité l’inquiétude chez la corporation qui les juge, excessivement, élevés. Ainsi et selon notre interlocuteur, une révision à la baisse de ce tarif reste, largement, souhaitée pour permettre à l’ensemble du collectif de suivre ce stage de perfectionnement tant attendu par les pouvoirs publics. «Nous avons réclamé cette formation, en 2012, dans le cadre de la réorganisation du transport urbain et suburbain, afin de s’insérer dans la démarche des autorités locales qui est de lutter contre la criminalité routière et améliorer la prestation de service mais avec de tels tarifs, il est devenu impossible pour les chauffeurs d’Oran de suivre cette formation» a-t-il ajouté. Celle-ci est destinée aux chauffeurs de transport de voyageurs, de marchandises et de poids lourds. Ainsi et en attendant, une réduction des frais de cette formation, le coordinateur a précisé que le projet d’aménagement du Transport urbain et suburbain privé est en bonne voie après la création de trois sociétés SARL, en vue de leur regroupement sous forme de SPA. Par ailleurs, cette formation des chauffeurs de bus intervient au moment où l’Entreprise des Transports urbains de la wilaya d’Oran (ETO) a lancé, ces derniers mois et pour la première fois, grâce une dérogation du ministère des Transports, la formation des candidats pour l’obtention du livret de places taxi. Ce document permet, une fois la formation assurée, d’exercer l’activité de chauffeur de taxi. Cette mesure exceptionnelle dont a bénéficié l’ETO a pour but d’alléger la pression sur le Centre de formation national et d’enseignement professionnel à distance (CNEPD). Plus de 1.200 candidats ont déposé leurs dossiers et ont suivi des sessions de perfectionnement et de mise à niveau pour une durée de 15 jours. L’ETO a, également, réalisé un centre destiné à la formation des chauffeurs pour le transport du personnel et des marchandises, au siège de l’entreprise. Il permettra d’obtenir le brevet professionnel, un diplôme exigé par le ministère de tutelle pour l’exercice d’activité de chauffeur de transport en commun et de marchandises. En effet, la formation sera lancée, selon le responsable, une fois l’agrément délivré par le ministère. L’entreprise a déjà déposé un dossier à la direction des Transports et autres services, pour approbation de l’opération. A noter que cette Ecole de formation dispose de salles dotées des équipements nécessaires.
Source de l'article : cliquez-ici