Procès de l’attaque terroriste d’Istanbul : des Algériens parmi les accusés

Procès de l’attaque terroriste d’Istanbul : des Algériens parmi les accusés

75
SHARE

Attentat Istanbul

Le procès de 46 personnes suspectées d’implication dans l’attentat qui a fait 45 morts à l’aéroport principal d’Istanbul en juin 2016 s’est ouvert lundi. Selon l’agence officielle turque Anadolu, des Algériens figurent parmi les suspects, mais n’en précise pas le nombre.

Sur les 42 suspects en détention provisoire, 16 sont des ressortissants russes, les autres sont des Tchétchènes, des Tunisiens, des Egyptiens, des Syriens et des Turcs.

Ils risquent jusqu’à 46 peines de prison à perpétuité chacun pour «tentative de renversement de l’ordre constitutionnel» et «assassinat», mais aussi 3 342 ans d’emprisonnement, notamment pour appartenance à une «organisation terroriste» et sa direction, selon l’agence turque.

Cette attaque a eu lieu tard dans la soirée du 28 juin 2016 lorsque trois hommes ont tiré sur la foule dans le hall de l’aéroport Atatürk d’Istanbul avant de détonner leurs ceintures d’explosifs, tuant 45 personnes, dont 19 étrangers, et faisant 163 blessés.
L’attentat n’a pas été revendiqué, mais Ankara l’a imputé au groupe Daech.

Deux des auteurs de l’attentat ont été identifiés comme étant Vadim Osmanov et Rakhim Bulgarov, tandis que le nom du troisième, jamais diffusé, ne figure pas dans l’acte d’accusation. Les autorités avaient affirmé à l’époque qu’il s’agissait d’un Russe, d’un Ouzbek et d’un Kirghize entrés en Turquie depuis la ville syrienne de Raqqa – fief le plus important de Daech qui en a été chassé mi-octobre cette année – un mois avant l’attentat.

La Turquie a été frappée depuis deux ans par une série d’attentats meurtriers attribués ou revendiqués par Daech, dont le dernier en date a fait 39 morts, principalement des étrangers, dans une discothèque huppée d’Istanbul la nuit du Nouvel An dernier.

Depuis cette attaque, les autorités procèdent régulièrement à l’arrestation de terroristes présumés, tandis que les mesures de sécurité ont été considérablement renforcées.

R. M.

Source de l'article : cliquez-ici