Des dispositions pour éviter d’éventuels accidents : Près de 33.000 bouteilles de...

Des dispositions pour éviter d’éventuels accidents : Près de 33.000 bouteilles de gaz non conformes retirées par Naftal

22
SHARE
par J. Boukraa

En dépit des campagnes de sensibilisation lancées à chaque fois par les services concernés, à leur tête Naftal, le nombre des accidents liés à l’utilisation des bouteilles de gaz ne cessent d’augmenter. La majorité des accidents ont pour origine l’utilisation de bouteilles non conformes ou non contrôlées et les tendeurs contrefaits. Cette fois aussi l’alerte a été donnée avec le grand froid qui pousse nécessairement à l’intense utilisation du chauffage.

Pour préserver la santé des citoyens la direction commerciale de Naftal a retiré durant les trois derniers mois à Oran près de 33.000 bouteilles de gaz butane non conformes. Outre les bouteilles défaillantes, des tendeurs d’origine chinoise sont devenus un danger de mort qui guette les gens. Ces appareils défectueux sont faits d’un alliage douteux qui favorise les fuites de gaz et provoque des explosions. Ils se vendent à bas prix sur la place publique et dans les magasins de quincaillerie.

La pratique illégale de l’enfûtage clandestin est aussi un facteur de risque. Le problème se pose généralement pour les gens qui s’approvisionnent chez les vendeurs ambulants et non pas dans les dépôts de Naftal, où toutes les bouteilles sont contrôlées et renouvelées après une certaine durée.

Les bouteilles B13 distribuées par Naftal sont assurées à 100% et sont contrôlées tous les 5 ans. Aussi, la société Naftal a-t-elle mis sur le marché une nouvelle bonbonne de gaz butane conçue pour répondre essentiellement aux deux aspects sécuritaires et pratique par l’ajout d’un chariot pour faciliter son transport.

Naftal a aussi pris toutes les dispositions nécessaires pour assurer l’approvisionnement des régions isolées et avait mis en place un stock stratégique au profit des communes désenclavées.

En effet, le gaz butane est à l’origine de 90% des brûlures en Algérie. Parmi les 10.000 victimes de brûlures admises aux hôpitaux chaque année, 1.000 nécessitent une hospitalisation dont 100 décèdent. Le dernier drame qui a secoué la commune de Sidi-Chahmi et a coûté la vie à deux personnes est toujours dans les mémoires.

Source de l'article : cliquez-ici