Tlemcen : Développement rural, l’apport de la Sonelgaz

Tlemcen : Développement rural, l’apport de la Sonelgaz

22
SHARE

Lors de ces trois dernières années, l’exécutif a ciblé, en premier lieu, les zones rurales du chef-lieu de la wilaya et ce, dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie du citoyen. Cette priorité obéissait d’abord à un objectif : la modernisation des zones reculées et le rapprochement du citoyen de l’administration.
Au niveau de l’exécutif, il fallait mobiliser de grands moyens et s’assurer de la participation des autres secteurs publics, tels que la Sonelgaz, la Poste et télécommunications, et les services de l’hydraulique, tous ont répondu à l’appel pour ce plan Marshall, destiné au monde rural.
Cependant, la tâche la plus ardue incombait à la Sonelgaz, qui a en charge la gestion des deux énergies principales (électricité et gaz) et vitales pour ces populations, qui ont vécu, pendant longtemps, dans un autre siècle. Il y a eu beaucoup de réalisations, à tous les niveaux, santé, éducation, infrastructures routières dans l’arrière-pays et notamment dans les régions steppiques. Pour l’énergie électrique, il faut souligner que dans cette aventure du monde rural, la Sonelgaz a répondu à l’appel, en mobilisant d’énormes moyens.
Entre 2010 et 2014, c’est une enveloppe de cinq milliards de dinars qui a été injectée dans un programme de raccordement de 5 000 foyers. Cette opération a été suivie par un autre programme additif en 2011, pour le raccordement de 1 538 foyers, dont le coût était de 131 millions de dinars.
Pour la dernière convention avec l’exécutif pour l’horizon 2017-2019 pour le raccordement de
1 337 foyers, les travaux sont en cours de réalisation avec un taux d’avancement de 5% et le coût de l’opération caracole autour de 131 millions de dinars. En ce qui concerne l’énergie gazière, le programme d’intervention de la société de distribution prévoyait le raccordement de 50 500 foyers dans le cadre du programme quinquennal 2010-2014 pour un montant de 14,6 milliards de dinars, cette opération a été réalisée à 71% à ce jour, soit plus de 35 855 foyers raccordés au gaz naturel.
Cette opération a également connu un programme complémentaire en 2011, avec une enveloppe de 400 millions de dinars pour l’alimentation de 5 100 foyers. A l’horizon de 2019, ce sont 10 805 foyers qui changeront leur mode de se chauffer : le gaz naturel sera là.
En matière d’électrification des zones rurales, l’Algérie arrive en seconde positon mondiale après l’Australie, selon les données du MENA (Middle East and North Africa). Ces dernières années, la plupart des localités reculées et parfois au relief accidenté sont desservies par le gaz naturel et l’éclairage public qui était considéré comme un luxe. Les populations de Sebdou, Terny, Laricha Tadjemout, Sid Djilali ont oublié le bois et la bonbonne de gaz butane pour leurs besoins domestiques, il reste, néanmoins, quelques habitations éparses auxquelles il faut trouver une solution.
Pendant tout l’hiver, cet immense espace de la steppe plongera dans un long silence hivernal, mais, au moins les gens ne grelotteront pas de froid.
En revisitant le village de Tadjemout, vingt ans plus tard, nous constatons un grand changement dans cette bourgade où les terroristes ont massacré 18 paysans en 1996.
A cette époque, nous écrivions dans ces mêmes colonnes «s’il vous est arrivé de faire un tour à Tadjemout, vous vous seriez bien passés de l’œuvre de Victor
Hugo : les misérables».
En voyant, aujourd’hui, ces villages illuminés dès la tombée de la nuit, on peut dire que justice a été rendue à ceux qui furent, pendant longtemps, les damnés de la terre.
M. Zenasni

Source de l'article : cliquez-ici